Retourner à la liste des chroniques

Retraites pénibles des Anonymes - Jour 5

[03 h 31]

Si j'écris ce texte aujourd'hui, c'est car je viens de perdre un ami. En cette quatrième nuit, nous campions ensemble un bâtiment afin de continuer à fouiller le lendemain, nous étions donc cachés et ... je les ai entendu. Je les ai entendu crier et le sortir de sa cachette, je les ai entendu le dévorer; je l'ai entendu mourir.

Jour 5, Retraites pénibles des Anonymes, Ydalion.