Retourner ŗ la liste des chroniques

Arènes des Frutimetières - Jour 1

[20 h 22]

Arènes des Frutimetières, jour 1, avant le départ de l'expédition :

Je me suis r√©veill√© au milieu de notre fameux d√©sert, cause de tous nos d√©sespoirs... J'arrive en ville, je frappe √† la Grande Porte, les citoyens m'ouvrent. Au d√©part, je me sentais √† l'aise, tout le monde avait l'air sympa... Mais ce n'√©tait qu'une illusion. Je m'√©tais permi de soumettre quelques suggestions de survie lorsqu'une personne m'arr√™ta et d√ģt d'une mani√®re assez froide :
"- C'est vraiment la peine de faire ça dès le premier jour?"

Sur le coup, j'étais interloqué, je lui répondit :
"- Cela peut toujours aider tu sais."

Pas de réponse, peut-être avais-je réussi à calmer cette personne, toutefois, elle me semblait amicale. Toujours est-il qu'il faut se méfier des apparences, surtout dans ce monde. Un ami d'un jour peut devenir l'ennemi du lendemain...

Je leur annonçait que j'allais faire une expédition assez... Suicidaire... En effet, je vais m'aventurer dans l'Outre-Monde pendant plus de 3 jours, c'est pourquoi, durant cette chronique, je vous parlerais surtout de mon expédition. J'espère que vous apprécierez.

[20 h 37]

Arène des Frutimetières, jour 1, début de l'expédition :

Pour le moment, tout se passe pour le mieux, je n'ai croisé qu'un seul zombie, mais pour moi, c'est beaucoup trop calme...
Sur la route, j'ai trouv√© quelques babioles qui peuvent toujours servir. Un d√©bris m√©tallique et une planche de bois que j'ai laiss√© √† mes camarades, tandis que je transporte un tr√©tau et un st√©ro√Įde sur moi. Bien entendu, je compte les ramener √† la ville.

Pour tout dire, je viens de terminer mon campement, et j'ai également évalué mes chances de survie, et elles sont optimales, logiquement, même le zombie le plus intelligent du monde ne pourrait pas me trouver. Mais il y a toujours une marge d'erreur. Je pense que pour cette nuit, tout ira bien.

Tout ce que j'espère, c'est de revoir mes camarades sains et saufs.

Chronique du jour 1 rédigée le jeudi 18 juillet 2013, commencée à 20 h 30 et achevée à 20 h 37 par WhiteKnight1998.

Arènes des Frutimetières - Jour 2

[11 h 36]

Arènes des Frutimetières, jour 2, après une nuit effroyable :

Je me réveille une nouvelle fois dans ce désert, mais ce coup-ci, dans un campement pitoyable mais assez solide que j'avais au préalable construit hier soir. C'était horrible cette nuit, vraiment... J'ai appris que quelques-uns de mes camarades étaient morts... Pas par le journal, mais par leurs cris, ceux de mes anciens amis.
Ces cris provenaient de tout pr√®s de la ville, limite aux portes de celle-ci. Quelle id√©e de camper √† l'endroit o√Ļ la plupart des zombies passent pour venir manger leur casse-cro√Ľte nocturne... Mais bon, je ne leur jette pas la pierre, peut-√™tre ne le savaient-ils pas?

J'ai continué en cette matinée glaciale mon avancée dans le désert, encore des zombies timides à ce que je vois. J'en ai juste croisé trois. Beaucoup trop calme... J'espère que c'est juste la réalité et non pas un rêve.

Sur la route, j'ai trouvé quelques petits objets qui serviront bien. J'ai pris sur moi un pistolet à eau et des cartons. Ça peut toujours aider.

Comme hier, je ferais mon campement d'ici ce soir, et je consignerai dans ce journal ce que je pense de mes chances de survie.

J'esp√®re de tout cŇďur que mes camarades vont bien.

[20 h 33]

Arènes des Frutimetières, jour 2, le soir :

Je viens d'établir mon campement. Mes chances sont de nouveau optimales, mais on est jamais trop prudent...
J'entends déjà des cris, ceux de la Horde. Ils sont prêts. Eux, les putréfiés, et eux, mes camarades. Personnellement, je ne sais pas qui gagnera, en espérant que ce sera les Vivants.

J'ai encore fait quelques fouilles avant de me planquer, rien d'intéressant sauf 2 doggy-bags, ils me serviront plus tard.

Je viens de m'installer dans ma cachette, je croise les doigts et serre mes fesses, pour moi, pour mes amis.

Chronique du jour 2 rédigée le vendredi 19 juillet 2013, commencée à 11 h 36 et achevée à 20 h 34 par WhiteKnight1998

Arènes des Frutimetières - Jour 3

[11 h 18]

Arènes des Frutimetières, jour 3, désespoir :

Cette nuit, encore plus de cris. Je sais d√©j√† que c'est le chaos en ville, d'apr√®s les hurlements que j'ai entendu ce matin... Tout est d√©sorganis√©... A vrai dire, je ne sais pas si je pr√©f√®re rester dans cette salet√© de d√©sert, ou bien retourner en ville. Mais je dois co√Ľte que co√Ľte r√©ussir mon exp√©dition.

J'ai beau avoir fouillé encore et encore, retourné les cadavres que j'ai vu... Aucun objet potable dans ce trou perdu... Tout ce que j'ai trouvé, des zombies qui m'ont sauté dessus... En prenant mon courage à deux mains, j'en ai explosé deux. Au moins, j'ai pu m'enfuir sans être blessé, c'est déjà ça de gagné...

Ce soir, comme les deux précédents, j'espère que je survivrais, une nouvelle fois dans un campement miteux, mais un peu sécurisé.

Des cris résonnent au loin, je m'arrête là pour le moment, le temps pour moi de me rendre compte dans quel pétrin je me suis fourré.

[20 h 19]

Arènes des Frutimetières, jour 3, ma fin approche :

Voilà, mon campement est prêt. Je m'installe, entends les gargouillis des estomac de la Horde et évalue mes chances de survie : assez satisfaisantes. C'est toujours ça de gagné. Heureusement pour moi, je suis un ermite, j'ai donc plus de chances de survivre... Enfin, logiquement...

Ce que je me suis demandé ce matin est confirmé, c'est bel et bien le chaos dans la ville. Quasiment aucun aménagement de défense. Personne ne se bouge pour la ville... Ou tout du-moins très peu... C'est un ami à moi qui me l'a confirmé par radio. Comme quoi, ces machins électriques sont toujours utiles...

Je commence à avoir peur, j'ai froid, la Horde n'attend plus que la Lune arrive au beau milieu du ciel...

Chronique du jour 3 rédigée le samedi 20 juillet 2013, commencée à 11 h 18 et achevée à 20 h 18 par WhiteKnight1998.

Arènes des Frutimetières - Jour 4

[11 h 54]

Arènes des Frutimetières, jour 4, la VRAIE fin :

C'est bon... Nous sommes fichus. J'ai préféré rentrer en ville. Nous ne somme plus que 4. Je suis le seul pour le moment à m'avancer aux premières lignes, mais avec tout ce que je me suis permis de prendre en banque, j'ai de quoi leur résister à ces zombies... Me rendant compte du danger, je me suis drogué à deux reprises pour améliorer au maximum ma maison et augmenter ainsi nos chances de survie. Mais maintenant, je suis dépendant. Heureusement, nous avions assez de drogue en banque pour tenir 2 jours de plus si nous étions dépendant, donc je me suis servi.

Mes camarades auront beau me crier dessus, ça ne me fera rien, premier arrivé, premier servi.

Ce soir, ce sera s√Ľrement la fin.