Retourner ŕ la liste des chroniques

Songes obscurs - Jour 4

[18 h 31]

En seulement quelques jours 4 concitoyens ont été dévorés par 3 Goules !
Elles ont toutes étaient démasquées et neutralisées.
Y-en a-t-il une autre, il est encore trop tĂ´t pour pouvoir le dire.

Désabusés, et touchés par la mort de leur proches certains citoyens sont en errances dans le désert, espérant retrouvé leurs amis dans un monde meilleurs.

21 citoyens sont encore vivants ; mais tous ne seront plus là demain, trop désabusés par la perte des membres de leur communauté.

Songes obscurs - Jour 5

[22 h 35]

Plus que 13 survivants aujourd'hui.

Vaillant, je suis aller veiller seul sur mes compatriotes.
Mais je n'est pu jugulé le flot de la Horde à moi seul.
5 concitoyens ont fait les frais de cette déferlante, dont un de mes comparse dont la survie c'est joué très peu de chose. Seuls de zombies se sont attaqué à lui.

Un citoyen à choisi d'ouvrir les portes ce matin, et est mort dans le désert des suites d'un empoisonnement.

4 citoyens continue à errer dans le désert et à survivre dans le désert : un groupe de 3 explorateurs téméraires qui s'est éloigné à plus de 18 kilomètres de la ville, et un Ermite solitaire qui s'est retranchée dans une tranchée aménagée.

Les 27 morts du cimetière cadenassé qui a été achevé aujourd'hui assure une excellente défense pour cette nuit. Les défenses de la ville sont passées bien au-dessus de l'estimation moyenne de l'attaque.

J'ai toujours bon espoir de construire la Manufacture, pour laquelle il ne nous manque plus qu'une seule structure Métallique. Elle va vite devenir indispensable, le niveau de nos ressources en bois et métal ayant bien diminué.

La pompe a également été terminée aujourd'hui, assurant plus de 80 rations d'eau pour les 8 citoyens en ville. Je crains des déshydratations pour 3 d'entre nous dans les jours avenir; en proie au désespoir, 3 citoyens refuse de s'alimenter et restent cloîtrés chez eux.

Songes obscurs - Jour 6

[20 h 43]

Nous ne reverront plus nos 3 explorateurs téméraires qui n'ont pas survécu à cette nuit.

De son côté notre ermite solitaire prend ses aises dans sa tranchée. Ils s'est permis le luxe de rendre une petite visite aux citoyens encore en ville, avant de repartir se cloîtrer dans sa retraite. Non sans prendre la précaution de prendre quelques vitamines, et un splendide pistolet à eau.

Aucun mort n'est à déplorer en ville aujourd'hui. Les chantiers ont avancé, malgré le faible effectif. Tous ont mis la main à la pâte, hormis 2 citoyens en voie de déshydratation.
Les oubliettes ont été terminées, et on commence à mettre en place les barrières.

De mon côté, je me suis aventuré dans le désert dans l'espoir d'aller sur le chantier à l'abandon à quelques 7 km de la ville. Espérant y trouver quelques structure métalliques, vis, écrous, et outils divers.
Je ne prend pas de casse-crou^te, espérant en trouver un en chemin. A mi-parcours j'hésite, si il y a la moindre erreur dans les notes de route de mon ami Titoos, s'en est fait de moi. Et je passe la nuit à la belle étoile.
J'hésite longtemps. Je lanbce un appel en ville. Appel qui reste sans réponse.
Malgré tout, je me lance !
A l'instant où j'arrive au point critique et je découvre un magnifique steak qui assurera ma survie et moin retour en ville. A cette instant exact, à 18h10 trés précisément, j'arrive sur zone j'admire le steak qui s'offre à moi, et Biirdo me dépose un doggy-bag !
J'Ă©tais ravi.

Nous sommes allez de concert jusque sur le chantier.
Le passage est déblyé pour pouvoir y retourner.
Y trouveront nous une scie ?

A défaut, nous sommes rentré avec de la ferraille et un trétau, nous avons à quelques kilomètre de la ville planches, poutres et d'autres ferrailles.

Nous sommes encore 9 en ville, et sommes prĂŞt Ă  passer la nuit.
Biiirdo , cs'est porté volontaire pour veiller sur nous. Et grâce à son courage nous allons pouvoir dormir sur nos deux oreilles ce soir.