Retourner à la liste des chroniques

Théâtre des goules damnées - Jour 5

[21 h 56]

Journal d'un maudit Jour 1

Ce soir je tiens a commencer a rédiger mon journal, car je ne veux pas disparaitre dans l'oubli.

Par le passé ma vie a toujours été fort simple pour une simple raison: J'avais un don. Pas un don de pacotille comme beaucoup de gens, un vrai don. Je pouvais voir l'avenir, le passé et le présent de n'importe qui en me concentrant. Ce don m'a évité bien de mauvaises surprises et ne m'a jamais fait défaut...

Sauf aujourd'hui.

Aujourd'hui j'ai vu la mort, pas a travers une sphère de cristal, pas avec mes dons... de mes vrais yeux. J'ai vu l'autre coté du miroir. La beauté, la noirceur, la splendeur, la puissance de la mort se sont présentées a mes yeux dans un instant magique et terrible.

Cet unique contact avec l'irréel divin m'a changé, bien plus que je n'aurai pu l'imaginer. J'ai toujours mon don, je connais toujours ce que je veux savoir des gens qui intéressent. Mais si je m'occupe de moi même la seule image m'apparaissant est celle de l'ankou venant me prendre. La mort m'a vu en même temps que je l'ai vue, et elle ne me laissera jamais partir. Jamais. Je le sais.

Théâtre des goules damnées - Jour 6

[23 h 29]

Journal d'un maudit Jour 2

La mort s'approche. Elle prend les autres d'abord, elle se joue de moi. Je sais que mon heure est proche.

Son voile d'onyx hante mes cauchemars, sa sombre clarté efface mes espoirs.

Je sent au fond de moi mon cœur ralentir, mon sang se glacer. Ce soir les villageois veulent encore pendre des gens, certains me regardent avec une envie non dissimulée de me voir agoniser. Je le sait.
l'échafaud de ce soir s'élève, majestueux devant moi. Il appuie de tout son corps de bois sur mon cœur fragile. Mon cou se serre de lui même.

Et la mort ricane...

Théâtre des goules damnées - Jour 7

[23 h 33]

Journal d'un maudit Jour 3

Ce soir je replonge, ils cherchent une personne dotée de pouvoirs mystiques. Ils savent que je suis la. Ils veulent me pendre.

Comment ont ils pu, comment on ils su ?
Les maisons sont épiées, les objets de chacun sont passés au crible.

J'ai déja enterré ma boule de cristal et mes cartes, j'ai déjà arraché mes rideaux pourpres et effacé mes dessins cabalistiques. Néanmoins je sent qu'ils savent.

Dans chacune de leur paroles je sent le souffle fétide et délicieux de la mort.

Je n'ai pas besoin d'utiliser mes donc pour voir mon avenir... je le connais.

Théâtre des goules damnées - Jour 8

[23 h 23]

Journal d'un maudit Jour 4

Le temps file et on le sent a peine couler entre ses mains. On profite trop peu de la vie et quand elle doit nous quitter il est trop tôt ... toujours.

Ils ont trouvé un livre que j'avais oublié de cacher. Un livre qui en dit trop sur moi. Ça m'apprendra a écrire des conneries.

Je n'ai même plus envie de fuir. Ils seront chez moi bientôt, ils me passeront la corde au cou.

Je ne sait que faire des minutes qu'il me reste, ce temps est mon bien le plus précieux et il s'écoule inexorablement.

Je me sert un verre puis sort un petit globe scintillant. Il reste une seule chose que je désire voir, une dernière chose. Un sourire détendu me vient au lèvres. Pour la première fois depuis longtemps je suis serein. Ce seront les dernières images que je pourrais emporter dans les limbes et elles sont parfaites...